Aller au contenu principal
Il semble que vous utilisez Internet Explorer 11 ou une version antérieure. Ce site Web fonctionne mieux avec les navigateurs modernes tels que les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari et Edge. Si vous continuez avec ce navigateur, vous pouvez vo

Bibliométrie : indicateurs reliés aux autrices et aux auteurs

Guide thématique portant sur les indicateurs bibliométriques reliés aux autrices et aux auteurs : nombre de citations à ses publications, indice h et indicateurs alternatifs.

Google Scholar

Le contenu exact de l’algorithme de recherche de Google Scholar est un secret commercial. Il semble que cet outil moissonne « tous les articles se trouvant sur les plateformes de diffusion des revues savantes, déposés sur les dépôts institutionnels des universités et autres dépôts disciplinaires, et tous ceux mis en ligne sur les sites Web [des chercheuses et] des chercheurs » (Larivière et Sugimoto, 2018, p. 47). On retrouve également sur cette plateforme des manuscrits sous forme de pré — ou post-publication (c’est-à-dire avant ou après que le processus de révision par les pairs n’ait eu lieu), des présentations PowerPoint, des chapitres de livres, des mémoires et des thèses, des publications par affiche (« posters »), etc. Cette hétérogénéité quant aux types de documents que l’on retrouve dans cet outil contribue à faire de Google Scholar le plus vaste index de citation auquel on peut accéder. Toutefois, et malheureusement, les données que l’on y trouve sont en général de mauvaise qualité (doublons, documents attribués au mauvais auteur, fluctuation du nombre de citations par document en raison de « nettoyages » réalisés par des auteurs sur leur page de profil par exemple) et le processus d’indexation automatique de Google Scholar peine à filtrer correctement les véritables articles scientifiques. Les références bibliographiques sont souvent incomplètes. En raison de ces faiblesses, il est donc propice à la manipulation du nombre de citations (introduction artificielle de documents citants de piètres qualités moissonnés par Google Scholar). Quoi qu’il en soi, il permet de repérer des documents qui ne sont pas indexés dans Scopus, ou d’autres bases de données (voir plus bas), et demeure donc un outil essentiel, malgré les faiblesses énumérées ci-haut.

— Logiciel Publish or Perish d'Anne Wil-Harzing (Middlesex University, Londres)

Anne Will-Harzing, professeure à Middlesex University au Royaume-Uni, a développé en 2006 une application pouvant être téléchargée gratuitement et qui permet d’extraire des données bibliographiques disponibles à partir de Google Scholar. Selon Larivière et Sugimoto (2018), « Cet outil permet de construire des indicateurs plus précis et des analyses plus détaillées que Google Scholar employé seul ». Il est surtout utile pour obtenir de l’information sur la productivité et l’impact de la recherche pour un individu ou un petit groupe de personnes.

Référence

Larivière, V. et Sugimoto, C. R. (2018). Mesurer la science. Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal. Récupéré de https://pum.umontreal.ca/catalogue/mesurer-la-science